Skip to main content.

Le pouvoir de l'art pour la Journée Internationale des Droits des Femmes

En cette Semaine des Droits des Femmes, nous célébrons l'expression artistique en tant que forme d'autonomisation et de liberté. Nous avons collaboré avec cinq artistes talentueuses pour créer la collection The Women's Week.

Back to top

Kit Agar

"Je dirais que mon art est éthéré et féminin, mais je n'aime pas définir la féminité comme quelque chose de spécifique : Je ne veux pas imposer de limites à ce que devrait être la féminité."

Faire de l'art d'abord pour moi

Je suis une artiste du Royaume-Uni, actuellement basée en Belgique. L'art m'a toujours intéressé. Enfant timide, je me suis tournée vers les arts et l'artisanat pour pouvoir m'échapper dans mon propre petit monde.

Tout l'art que je fais est pour moi - si personne ne regardait, je ferais toujours la même œuvre. En ce sens, mon art est très réfléchi. J'aime laisser mon art vivre tel qu'il est.

Back to top

Reyna Noriega

"J'ai découvert mon style artistique à peu près au même moment où je me suis trouvée moi-même. Il y a eu un changement, passant de la création pour les autres à la création pour moi-même, et cela a fini par servir davantage les gens, parce que c'était plus authentique."

Célébrer les femmes et leur liberté

Je suis une artiste visuelle et autrice originaire de Miami. Les choses qui me rendent heureuse sont les mêmes qui me donnent de l'inspiration. Ma culture et mon environnement sont une grande source d'inspiration.

Je voulais créer de l'art qui soit édifiant pour les femmes et qui nous célébrerait nous, notre meilleur, notre liberté et notre confiance en nous. Dans la variété de tons de peau et de styles de cheveux que je représente, j'espère que chaque femme pourra se voir elle-même.

Back to top

Maxime Rokus

"Pour moi, les femmes sont des créatures magnifiques et puissantes, donc j'ai été naturellement attirée par l'utilisation de la forme féminine pour mon art."

Utiliser des outils numériques pour créer de l'art

Je suis Maxime, une artiste basée à Amsterdam. Je fais de l'art depuis aussi longtemps que je m'en souvienne, mais j'ai décidé d'étudier le graphisme. Cela n'a pas influencé mon art, mais cela m'a permis de découvrir les possibilités d'utilisation des outils numériques.

Le processus de création artistique pour moi commence par Photoshop. J'essaie différentes couches et couleurs pour décider de ce qui est beau, puis quand je trouve quelque chose qui me plaît, je commence à créer avec mon iPad !

Back to top

Marta Leyva

"L'appréciation de ma ville et de ma culture s'est développée depuis que je vis à l'étranger. J'ai commencé à donner plus d'importance aux traditions et à la culture. En 2017, j'ai pris un pinceau pour la première fois et j’en suis tombée amoureuse !"

Découvrir mon talent pour la peinture par accident

Je viens de Barcelone, mais j’habite à Stockholm depuis 10 ans. En 2017, j'ai pris un pinceau pour la première fois et je suis tombée amoureuse ! 6 mois plus tard, ma première exposition a eu lieu, qui a été un énorme succès ! Grâce à cela, j'ai appris que la vie peut changer pour le mieux du jour au lendemain.

Mon conseil à tous est de suivre ses passions et d'essayer de nouvelles choses. Si vous aimez quelque chose, vous ne devez pas douter de vous-même et allez-y !

Back to top

Sara Abramson

"Mon art consiste à être soi-même. Je crois que chaque femme devrait être capable de gouverner son propre monde en s'écoutant elle-même et en sachant que les réponses se trouvent toujours en elle."

Décrire à la fois la force et la vulnérabilité

Les messages que j'écris sur mes œuvres d'art indiquent où j'en suis dans ma vie. Il y a eu une période où je peignais des phrases comme « que veux-tu ? » ou « Qu'est-ce que tu attends ? » - c'est à peu près à ce moment-là que j'ai quitté ma carrière dans les télécoms pour commencer à suivre mes passions et à me lancer dans la peinture.

Les femmes de mes peintures sont à la fois fortes et vulnérables : elles regardent souvent vers le bas, établissent un contact visuel avec le spectateur, mais elles ont aussi le cou exposé. Elles communiquent leur vulnérabilité, mais aussi qu'elles ont pris une décision quant à la façon de vivre leur vie.